Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» Bonjour !!!!
Lun 10 Juil - 8:22 par BBTR

» La météo du jour !!
Lun 10 Juil - 8:22 par BBTR

» C'est au pied du mur que l'on juge le Macron !!
Sam 1 Juil - 19:20 par BBTR

» Danièle Onobo !!
Sam 1 Juil - 19:20 par BBTR

» Macronie, plus belle la vie !!
Jeu 8 Juin - 8:23 par BBTR

» Macron, Ferrand, Bayrou: les pères la vertu !!
Mar 6 Juin - 16:50 par BBTR

» Manchester !!!
Mar 6 Juin - 16:49 par BBTR

» Saint Malo et Quiberon !!
Lun 5 Juin - 19:42 par BBTR

» Les femmes harcelées place de la Chapelle !!
Jeu 25 Mai - 17:30 par BBTR

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier


Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par BBTR le Mar 17 Mai - 12:02





   
Le PROJET de Loi EL KHOMRI renferme bien des secrets avec, entre autre, la suppression des jours fériés liés à la religion Chrétienne.
En effet, ces fêtes traditionnelles sont "d'un autre temps et ne correspondent plus au principe de la laïcité".
Afin d'adapter le calendrier aux diverses communautés religieuses Françaises et suite au Décret de Loi datant du 1er Avril 2015, il sera établi à partir de 2017 un nouveau calendrier "Républicain" sans fêtes religieuses. Seules subsisteront les fêtes nationales.


Dernière édition par BBTR le Mer 18 Mai - 16:49, édité 1 fois
avatar
BBTR
Admin
Admin

Messages : 2664
Date d'inscription : 25/12/2015
Age : 55
Localisation : Rouen (76)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par denis01 le Mer 18 Mai - 16:13

on est mal barré
avatar
denis01
Membre vip
Membre vip

Messages : 2012
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 60
Localisation : Etoile sur Rhône

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par BBTR le Mer 18 Mai - 16:51

Aujourd'hui, grosse galère pour faire le plein d'essence, toutes les stations étaient soit fermée (pas ravitaillées), soit avec des files d'attentes monstrueuses !!

On est très mal barré...
avatar
BBTR
Admin
Admin

Messages : 2664
Date d'inscription : 25/12/2015
Age : 55
Localisation : Rouen (76)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par denis01 le Ven 20 Mai - 13:21

on y vas au casse pipe
avatar
denis01
Membre vip
Membre vip

Messages : 2012
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 60
Localisation : Etoile sur Rhône

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par Cachou le Dim 22 Mai - 22:39

J arrive pas à croire ce que je lis....c aberrant !!!! Ça ne peut pas passer un truc pareil
avatar
Cachou
Admin
Admin

Messages : 702
Date d'inscription : 16/12/2015
Age : 47
Localisation : Bordeaux.

http://chocokawa.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par denis01 le Lun 23 Mai - 14:47

hellas si ils ne veulent pas baissé le froc devant le petit peuple
avatar
denis01
Membre vip
Membre vip

Messages : 2012
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 60
Localisation : Etoile sur Rhône

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par Cachou le Lun 23 Mai - 18:54

ouais...les sans dents
avatar
Cachou
Admin
Admin

Messages : 702
Date d'inscription : 16/12/2015
Age : 47
Localisation : Bordeaux.

http://chocokawa.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par BBTR le Mar 24 Mai - 8:33

avatar
BBTR
Admin
Admin

Messages : 2664
Date d'inscription : 25/12/2015
Age : 55
Localisation : Rouen (76)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par BBTR le Mer 25 Mai - 14:10

Nous devons en grande partie la «Loi travail» à notre appartenance communautaire, explique Coralie Delaume. Les Grandes Orientations de Politique Économique de la Commission européenne en sont à l'origine.


«La loi El Khomri c'est la faute à l'Europe», affirme sur son blog Jean-Luc Mélenchon. C'était sans doute une raison suffisante pour choisir de la faire adopter par 49.3. Quand ça vient de l'Europe c'est très sérieux, ça ne se discute pas. Et comme «l'Europe c'est la Paix», ça n'attend pas.
Pour autant, Mélenchon n'exagérait-il pas en écrivant cela? De son côté, l'économiste Frédéric Farah ne caricaturait-il pas en expliquant à son tour: «comprenons-bien que la loi El Khomri a l'euro pour père, et pour mère la stratégie de Lisbonne de mars 2000»? Ne cédait-il pas à la facilité de «faire de l'Europe un bouc émissaire», selon l'expression consacrée?
Hélas, ni l'un ni l'autre n'affabulait ni ne ‘'bouc-émissairisait''. Cette «Loi travail», nous la devons effectivement, pour une bonne part, à notre appartenance communautaire. Pour s'en apercevoir, encore faut-il quitter un instant le terrain des grands principes sur lesquels s'affrontent généralement «européistes» et «eurosceptiques». Il faut ajuster son masque, chausser ses palmes et consentir à plonger dans les eaux froides de la technique. On découvre alors le pot-aux-roses: l'Europe, c'est l'apnée.



Ce que la loi El Khomri doit aux traités européens
Il ne faut pas craindre de l'affirmer (d'autant moins qu'on ne risque guère d'être compris): la «Loi travail» nous vient des GOPE. Oui, des GOPE.
Les GOPE, ce sont les «Grandes Orientations de Politique Économique». Plus précisément, ce sont des
Bref, un joli petit traité de servitude volontaire que le Traité sur le Fonctionnement de l'UE.
documents préparés par la direction générale des affaires économiques de la Commission européenne. Conformément à l'article 121 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), ces documents sont ensuite transmis au conseil Ecofin (c'est à dire à la réunion des ministres européens de l'économie et des finances), puis au Conseil européen (les chef d'État et de gouvernement). Après validation, les GOPE deviennent des recommandations du Conseil aux pays de l'Union et font l'objet d'un suivi. Toujours selon l'article 121, «le Conseil, sur la base de rapports présentés par la Commission, surveille l'évolution économique dans chacun des États membres». Cette «surveillance multilatérale» est rendue possible grâce aux informations généreusement fournies par les États à la Commission. Bref, un joli petit traité de servitude volontaire que le Traité sur le Fonctionnement de l'UE.
Au départ toutefois, les GOPE n'étaient que des textes vagues et peu engageants. Pour les rendre plus contraignants et dans l'espoir de donner enfin son plein potentiel à l'idée délicieuse de «surveillance multilatérale», la Commission de Bruxelles s'est chargée d'en accroître la portée au sein d'un document important publié en 1998, à la veille de la mise en place de l'euro.
Ce document intitulé Croissance et emploi dans le cadre de stabilité de l'Union économique et monétaire s'intéresse au tout premier chef - comme son nom l'indique - à la question du marché du travail et à l'emploi. Il confère un rôle central aux GOPE et indique de manière claire ce qu'elles doivent contenir, en égrenant l'une derrière l'autre ces formules bien connues au doux parfum de schlague: «stabilité des prix», «assainissement des finances publiques», «modération des salaires nominaux», «renforcement des incitations à la discipline salariale». Bref, toute la panoplie.
Depuis qu'elles existent, les GOPE ont toujours contenu des injonctions à réformer le marché du travail. Si l'on examine celles pour 2012 par exemple - parfaitement au hasard: il s'agit juste de l'année de l'élection de François Hollande - on voit que le Conseil recommande à la France de «revoir la législation, notamment la procédure administrative de licenciement». Ou de «veiller à ce que l'évolution du salaire minimum favorise l'emploi, notamment des jeunes, et la compétitivité», ce qui signifie, traduit du Volapük de Bruxelles en Français des Deux-Sèvres ou de Haute-Garonne, qu'il ne faut pas augmenter le SMIC. On notera au passage et juste pour rire qu'il est demandé la même année de «supprimer les restrictions injustifiées sur les professions (vétérinaires, taxis, notaires...) et secteurs réglementés»: bienvenue à toi, ô «loi Macron».
Ce que la loi El Khomri doit à la «stratégie de Lisbonne»
Tout cela n'étant pas encore suffisamment abstrus, il a fallu qu'on en rajoute. En mars 2000, on a donc mis en place la «stratégie de Lisbonne», dont l'objet était de faire advenir en Europe [roulements de tambours]: «l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d'une croissance économique durable accompagnée d'une amélioration quantitative et qualitative de l'emploi et d'une plus grande cohésion sociale» [Fermez le ban].
La stratégie de Lisbonne - devenue depuis «stratégie Europe 2020» - se veut globale. Elle est surtout labyrinthique. Elle prétend faire superviser par les instances européennes tous les domaines de la vie de tous les pays. Et embrasser dans un même geste les questions liées aux marchés financiers, celles liées à l'éducation, les affaires de finances publiques, celles de protection sociale, de création de PME, d'emploi bien sûr, de veau-vache-cochon-couvée. On en passe, et pas des meilleures.
Plus on simule la scientificité, plus ça fait chic et plus on est crédible. Avec la stratégie de Lisbonne, on s'est donc doté d'outils nouveaux et hautement techniques.
Plus on simule la scientificité, plus ça fait chic et plus on est crédible. Avec la stratégie de Lisbonne, on s'est donc doté d'outils nouveaux et hautement techniques. Pour suivre la question de l'emploi, on a ainsi adjoint aux GOPE les Lignes directrices pour l'emploi (LDE). Les deux ensemble, GOPE et LDE, sont regroupées dans les LDI (lignes directrices intégrées), dont le site de la Commission européenne nous dit ceci: «les lignes directrices intégrées déterminent le champ d'action des politiques des États membres et la direction à suivre dans la coordination de celles-ci. Elles servent de base aux recommandations par pays».
Aux recommandations par pays? Tiens donc. Et que recommande-t-on à la France, pour l'année 2016? L'intégralité du patafar est consultable ici. Pour résumer, il est d'abord déploré que «la décélération récente des salaires réels reste insuffisante», que «la France affiche toujours des coûts salariaux parmi les plus élevés de la zone euro, principalement en raison «du niveau élevé des cotisations sociales patronales», ou que «les augmentations du SMIC induisent une compression des salaires vers le haut».
A titre de solution, il ensuite proposé de «maintenir les réduction du coût du travail découlant du CICE», d'œuvrer à limiter davantage «les rigidités du marché du travail» (ce qui signifie qu'il faut faciliter le licenciement), de «faciliter, au niveau des entreprises, les dérogations aux dispositions juridiques générales, notamment en ce qui concerne l'organisation du temps de travail». Dans cette dernière formule, on reconnaît immédiatement l'inspiration des nombreuses dispositions prévues dans la loi El Khomri pour accroître le temps de travail des salariés, tout en rémunérant moins bien, dans certaines conditions, les heures supplémentaires. ( http://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/droit-travail/13-mesures-cles-de-la-loi-travail_1791715.html ).
Ce que la loi El Khomri doit à l'euro
Enfin, il ne faut pas négliger ce que la «Loi travail» doit à l'appartenance à la zone euro, et cela pour plusieurs raisons.
La première est que l'euro est une monnaie surévaluée pour plusieurs économies de la zone, de la Grèce à la France et jusqu'à la Finlande, qui a parfois envisagé de s'en défaire. Cela nuit à la compétitivité de ces pays, fait perdre des parts de marché à leurs entreprises, et détruit des emplois. La loi El Khomri fait partie de ces solutions que l'on essaie de trouver pour regagner de la compétivité-coûts par l'écrasement des salaires faute de pouvoir déprécier la monnaie.
La zone euro vit sous la surveillance permanente des marchés financiers, dont on a décidé au départ - c'est l'un des innombrables vices de conception de l'euro - qu'ils seraient désormais les seuls banquiers des États-membres.
La seconde raison est que la zone euro vit sous la surveillance permanente des marchés financiers, dont on a décidé au départ - c'est l'un des innombrables vices de conception de l'euro - qu'ils seraient désormais les seuls banquiers des États-membres. Or les marchés de capitaux, on s'en doute, ont une tendance assez nette à œuvrer pour que la répartition de la valeur ajoutée créée dans la zone soit favorable au capital (c'est à dire à eux-même) et non au travail. Ça leur est d'autant plus facile en régime de «libre circulation des capitaux», que le capital y est éminemment mobile, cependant que le travail demeure très sédentaire. La compétition entre les deux ne se fait donc pas à armes égales. A tout moment, le capital peut menacer d'aller s'investir ailleurs si les conditions dans l'un ou l'autre des pays européens lui déplaisent. Le travail, lui, ne peut menacer que de pas grand chose. Enfin, il peut toujours manifester contre la loi El Khomri, comme c'est le cas actuellement. Sans grand succès d'ailleurs, ce qui témoigne assez bien du caractère inéquitable du rapport de force.
La troisième et dernière raison est que l'euro n'a pas seulement privé les État-membres de leur monnaie. Elle les a aussi privés de l'instrument budgétaire, puisque dans le cadre du «semestre européen», du two pack, du six pack - encore des instruments inspirés des techniques managériales et dont la prétention à scientificité confine au grotesque - les budgets nationaux sont sous haute surveillance de la Commission européenne. Alors, faute de pouvoir recourir à la politique monétaire, faute de pouvoir utiliser l'instrument budgétaire, on se sert du seul levier de politique économique qui demeure: l'ajustement à la baisse du «coût du travail».
La loi El Khormi est le résultat de tout cela, exactement comme le Jobs Act italien de 2015, et comme toutes les réformes du même acabit adoptées ces dernières années en Europe du Sud.
***
En tout état de cause, le gouvernement français a bien travaillé. Le commissaire Valdis Dombrovskis l'en a chaudement félicité lors d'une visite à Paris fin mars. Comme rapporté par le site spécialisé sur les questions européennes EurActiv, le vice-président de la Commission «à l'euro et au dialogue social» (sic) a salué la loi El Khomri comme une heureuse initiative «destinée à répondre aux rigidités du marché du travail, et qui devrait relancer l'emploi». Un bien bel hommage! Merci patron!
avatar
BBTR
Admin
Admin

Messages : 2664
Date d'inscription : 25/12/2015
Age : 55
Localisation : Rouen (76)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par BBTR le Mer 25 Mai - 14:13

Pour Charles Wyplosz, le projet de loi El Khomri était intéressant, mais il a été si mal exploité que les conséquences pourraient être désastreuses.


Charles Wyplosz, professeur d'économie internationale à l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) à Genève, est directeur du Centre international d'études monétaires et bancaires.
La loi El Khomri est une véritable catastrophe. Non pas que le projet soit mauvais en soi, bien au contraire. Ce qui est grave c'est qu'un projet intéressant soit si mal expliqué qu'il permet aux opposants de développer avec succès des idées que l'on pouvait penser enterrées depuis longtemps. Tout comme le SMIC-jeunes, une bonne idée, a été englouti depuis 1986 par l'échec de la loi Devaquet, le principe essentiel d'un assouplissement des contraintes rigoureuses à l'embauche risque de devenir un tabou absolu pour très longtemps. Même si la loi est finalement adoptée, ce sera sous une forme tronquée, alors même qu'elle est modeste, et on peut craindre qu'aucun gouvernement n'osera revenir sur cette question.
Juste avant l'annonce du projet de loi, François Hollande avait, à juste titre, élevé la lutte contre le chômage au rang d'urgence nationale. Certes, la multiplication des urgences présidentielles a pour effet que rien n'est vraiment urgent, mais cette admission, au crépuscule d'un septennat qui avait ignoré de fait la question de l'emploi, avait une allure de rédemption. Trop tard, dira-t-on. Au moins le passage d'une telle loi pouvait préparer le terrain à d'autres mesures plus audacieuses par les gouvernements qui vont suivre. C'est tout le contraire qui est en train de se passer.


Au risque de répéter la logique de la loi El Khomri, on sait que l'une des raisons du chômage de masse en France vient de la difficulté des licenciements. Ce résultat peut paraître paradoxal, mais il est très solidement établi par un nombre incalculable de travaux scientifiques. Bien sûr, il y a toujours des idéologues pour prétendre que la terre est plate ou que le darwinisme est une supercherie, mais ils ne devaient tromper que ceux qui partagent leur mauvaise foi. D'ailleurs, comme pour ces exemples, l'explication est simple à comprendre et le paradoxe n'en est un que pour ceux qui refusent de raisonner. Une entreprise qui embauche ne peut pas ne pas envisager que ses espoirs de croissance risquent d'être déçus. Il lui faudra alors faire marche arrière. Si l'on rend cette marche arrière impossible parce que trop coûteuse et trop aléatoire, l'entreprise préfèrera ne pas embaucher et laisser passer des opportunités de développement.
Les syndicats se sentent menacés, et ils ont raison. Mais s'agit-il de défendre les prérogatives surannées des syndicats ou de s'attaquer au chômage de masse ?
La loi El Khomri avance donc, timidement, dans la bonne direction. Sécuriser les punitions infligées par les Prud'hommes aux entreprises qui ont osé embaucher est utile, même s'il aurait été préférable de supprimer leurs interventions. Après tout, les contrats prévoient déjà des compensations et, s'il le faut, ces compensations peuvent être revues. Mais les conseils des Prud'hommes sont un instrument précieux de pouvoir pour les syndicats qui n'existent presque plus dans le secteur privé. Sans surprise, même la CFDT refuse de perdre ce levier. Il en va de même des accords de branches qui s'appliquent obligatoirement à toutes les entreprises après avoir été négociés avec des syndicats ultra-minoritaires parmi les employés, et souvent absents dans une écrasante majorité de PME. Les «référendums» chez Smart ou Goodyear ont d'ailleurs montré que les employés sont parfois en désaccord avec les syndicats. Déroger aux accords de branches après consultation des employés directement concernés est la marque de la démocratie sociale. Les syndicats se sentent menacés, et ils ont raison. Mais s'agit-il de défendre les prérogatives surannées des syndicats ou de s'attaquer au chômage de masse? D'ailleurs, la démocratie sociale est aussi un levier pour faire évoluer un monde syndical quasi-unique au monde dans son rejet des réalités économiques.
Assouplir l'absurde clause de licenciement pour motif économique est un autre point de passage obligé pour réduire durablement le chômage. Bien sûr, il y a toujours eu des abus patronaux mais, dans l'écrasante majorité des cas, le licenciement est un échec que les entreprises essaient d'éviter. Autrement dit, les entreprises licencient presque toujours pour «raison économique», c'est-à-dire pour survivre ou se développer. On nous parle même de «licenciements financiers», comme si le mot «financier» justifie l'opprobre. Mais, pour les entreprises, la finance est comme de l'oxygène! Si elles n'obtiennent pas des financements, elles ne peuvent pas survivre. C'est aussi simple que cela. Réprimer les abus est une chose, criminaliser tous les licenciements est une autre. En acceptant de redéfinir la notion de licenciement pour motif économique, la loi El Khomri a visé une synthèse politicarde chère au Président. C'est mieux que d'en rester avec ce qui existe, mais la notion aurait mérité de partir à la poubelle.
La solution est le contrat de travail unique qui évolue dans le temps vers plus de protection, assorti d'une clause de bonus-malus qui sanctionne les entreprises qui licencient et embauchent de manière à briser l'évolution des contrats.
Les opposants à la loi ont construit leur argumentaire autour de la précarité, ce qui est habile, mais extraordinairement superficiel. C'est même diaboliquement habile. Car la précarité a deux origines. D'une part l'existence du chômage de masse. Dans un pays où le taux de chômage est faible, comme en Allemagne ou en Grande Bretagne, entre autres, le licenciement n'est pas vraiment un drame puisqu'il est possible de retrouver rapidement un emploi. En bloquant des mesures qui feraient baisser le chômage, les opposants garantissent une cause majeure de précarité, au nom de la lutte contre la précarité. L'autre source de précarité, ce sont les CDD. La solution est le contrat de travail unique qui évolue dans le temps vers plus de protection, assorti d'une clause de bonus-malus qui sanctionne les entreprises qui licencient et embauchent de manière à briser l'évolution des contrats. Mais les opposants à la loi El Khomri, qui n'a même pas osé sauter le pas, ne veulent pas en entendre parler parce qu'ils refusent farouchement de toucher aux CDI, même si les embauches en CDI sont devenues l'exception. De fait, les entreprises pratiquent le contrat unique, du moins sous une version tronquée qui amplifie la précarité du système. En fait, tout se passe comme ci si les opposants à la loi s'évertuent à maintenir la précarité pour maintenir leur fond de commerce.
De manière fondamentale, le débat sur la précarité est irréel. Par nature, les entreprises sont précaires. Chaque année en France, environ 20% des entreprises naissent ou ferment leurs portes. Naturellement, ce sont des emplois qui se créent et qui disparaissent. C'est normal. De plus, parmi celles qui survivent, il en est qui croissent et créent des emplois, d'autres qui doivent réduire la voilure et licencient. Comme les entreprises, l'emploi dans le secteur privé ne peut être que précaire. Ce qui importe, donc, c'est d'atténuer au maximum le poids de la précarité. La solution, pratiquée sous d'autres cieux, est de protéger les personnes, pas les emplois qui ne peuvent qu'être précaires. Une solution est de dédommager les chômeurs en les aidant à faire ce qu'il faut pour retrouver au plus vite un emploi. Du pain sur la planche pour notre système qui est notoirement inefficace. Mais la meilleure solution est de faire baisser drastiquement le chômage. C'est l'intérêt de la loi El Khomri, objectif qui semble avoir été oublié dans les cortèges de manifestants.
À regarder ces cortèges et les grèves, on ne peut d'ailleurs qu'être frappé par la prépondérance des employés des services publics, qui ne sont pas visés par la loi. Où sont passées les personnes concernées, celles qui travaillent dans le privé? Sont-elles restées au travail parce qu'elles n'ont rien contre la loi El Khomri? Pas du tout. Les sondages indiquent qu'une écrasante majorité des Français sont hostiles à la loi parce qu'ils ne croient pas qu'elle fera baisser le chômage, contre toute évidence. Que le message essentiel ne soit pas passé témoigne de l'effondrement de la confiance à l'égard du Président et de l'indigence de l'argumentation du gouvernement. Ce qui est grave pour l'avenir c'est que les Français n'ont toujours pas compris comment lutter contre le chômage. Toute la classe politique devrait s'en alarmer. Les médias aussi, d'ailleurs.
avatar
BBTR
Admin
Admin

Messages : 2664
Date d'inscription : 25/12/2015
Age : 55
Localisation : Rouen (76)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par denis01 le Mer 25 Mai - 16:53

on y va on vas bientôt manger de la soupe aux cailloux si cela continu
avatar
denis01
Membre vip
Membre vip

Messages : 2012
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 60
Localisation : Etoile sur Rhône

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par Cachou le Sam 28 Mai - 23:25

avatar
Cachou
Admin
Admin

Messages : 702
Date d'inscription : 16/12/2015
Age : 47
Localisation : Bordeaux.

http://chocokawa.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par denis01 le Dim 29 Mai - 11:52

elle a voulu tué la loi el konerie
avatar
denis01
Membre vip
Membre vip

Messages : 2012
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 60
Localisation : Etoile sur Rhône

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par BBTR le Dim 29 Mai - 12:10

avatar
BBTR
Admin
Admin

Messages : 2664
Date d'inscription : 25/12/2015
Age : 55
Localisation : Rouen (76)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par Cachou le Lun 30 Mai - 16:31

lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!
avatar
Cachou
Admin
Admin

Messages : 702
Date d'inscription : 16/12/2015
Age : 47
Localisation : Bordeaux.

http://chocokawa.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

jours feriés

Message par Invité le Jeu 21 Juil - 20:48

La verité c'est que ce gouvernement est vendu aux musulmans!! pas de fêtes religieuses chretiennes?? d'accord!!! Mais Alors PAS D'AIT EL KEBIR NON PLUS!!!
quant a l'UE, si les Anglais - peuple brave et courageux - l'ont quittée c'est qu'il avaient de bonnes raisons!! en particulier l'immigration!! savez vous que le maire de Londres est un Muzz???

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par BBTR le Ven 22 Juil - 10:44

Oui Butcher, j'avais fait un post sur lui (voir ci-joint) !



Seuls, les esprits mièvres et soumis peuvent se réjouir de l'élection d'un maire de confession musulmane à Londres et rester aveugles devant ce symbole de la fin de l'Europe chrétienne.
Quelques jours après cette élection, on apprend que des publicités "Gloire à Allah" vont être apposées sur 640 bus londoniens pendant toute la durée du ramadan. Le grand remplacement se poursuit sous le regard admiratif des crétins béats devant leur disparition annoncée.
avatar
BBTR
Admin
Admin

Messages : 2664
Date d'inscription : 25/12/2015
Age : 55
Localisation : Rouen (76)

Revenir en haut Aller en bas

allah

Message par Invité le Ven 22 Juil - 12:28

Mais ça viendra aussi en France!!!  avec les tocards du gouvernement qui baissent leur froc devant les muzz......même pas besoin de vaseline!!!
je pense que les British ont compris.....mais trop tard.
si ça continue et si les Français ne veulent toujours pas voter du bon bulletin; on aura des maires gno***** et peut être un gouvernement.....avec les ministres qu'on a je serai pas surpris!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par BBTR le Ven 22 Juil - 13:15

J'espère que l'on va se réveiller...
avatar
BBTR
Admin
Admin

Messages : 2664
Date d'inscription : 25/12/2015
Age : 55
Localisation : Rouen (76)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par Cachou le Ven 22 Juil - 14:04

De plus en plus de gens pensent FN mais n osent pas aller au bout par peur d être classé facho. Les médias y sont pour beaucoup ils manipulent complètement l opinion publique. On s est fait bouffer je ne vois pas comment on pourra revenir en arrière.
avatar
Cachou
Admin
Admin

Messages : 702
Date d'inscription : 16/12/2015
Age : 47
Localisation : Bordeaux.

http://chocokawa.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

réveil

Message par Invité le Ven 22 Juil - 14:19

commençons par agir chacun dans notre sphère:
1er) ne pas acheter de viande hallal, ils prélèvent une dîme dessus pour financer leurs casernes d'endoctrinement ( = mosquées)
2è) ne pas aller dans les kebabs ni les taxiphones, ces officines servent a laver l'argent de la drogue qui est reversé aux terroristes arabes
3è) ne plus acheter quoi que ce soit dans les boutiques musulmanes

en ville, il est de bon ton de laisser le trottoir a une personne agée, ou sa place assise dans le bus; ne laissez pas le trottoir ni votre place a une mousmée voilée; surtout si elle a des enfants

Et ne leur adressez pas la parole, même vos voisins, ignorez les!!

pour la viande hallal (dangereuse a consommer, par ailleurs et causant des souffrances aux bêtes a l'abattoir) pour verifier qu'il n'y a pas de casheroute dessus (la taxe prelevée par les muzz, ou les juifs pour le casher) rendez vous sur VIGILANCE HALLAL.Com qui vous donnera la liste des abattoirs "français" hallal, il y a un code abattoir sur chaque paquet de viande achetée en congelé ou frais sous cellophane.

Voilà; que chacun suive ces trucs, comme moi; et ça viendra; c'est ça le debut de la Resistance Patriote!!

et pour Cachou qui vient d'ecrire: les médias sont de moins en moins crédible, et je te rappelle que le vote est secret, seuls, les jeunes m'inquiètent, il s'en foutent, mais peut -être pour plus très longtemps......va savoir! le sidées de MLP font leur chemin; lentement; mais sûrement; trop lentement a mon goût, mais chaque connerie des gouvernements bourgeois décadents en place ne fait que la renforcer; c'est comme le fer: plus tu tapes dessus plus il durcit!!
ne desespère pas Cahou; et accepte de militer discrètement sans en avoir l'air autour de toi.C'est ça aussi la resistance!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par Cachou le Ven 22 Juil - 14:33

Je ne baisserai jamais le regard ni le reste devant eux !

Resistons ensemble pour nos enfants !
avatar
Cachou
Admin
Admin

Messages : 702
Date d'inscription : 16/12/2015
Age : 47
Localisation : Bordeaux.

http://chocokawa.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par Cachou le Ven 22 Juil - 14:35

Oui les votes sont secrets je suis bien d accord mais en general au second tour les medias denoncent des scandales autour du FN et de sa montée "inquietante" selon leurs dires pour retourner le cerveaux aux gens...ils manipulent c est pourri
avatar
Cachou
Admin
Admin

Messages : 702
Date d'inscription : 16/12/2015
Age : 47
Localisation : Bordeaux.

http://chocokawa.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par BBTR le Ven 22 Juil - 15:49

Les jeunes sont plus impliqués dans la recherche des Pokémon, que de défendre leur pays... Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
avatar
BBTR
Admin
Admin

Messages : 2664
Date d'inscription : 25/12/2015
Age : 55
Localisation : Rouen (76)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par denis01 le Ven 22 Juil - 18:22

m'en fou de tous ces cons je suis a fond pour le FN si ils sont pas contents ils n'ont qu'a retourné dans leur pays d'origine est ce que l'on vas les faire chier chez eux non alors qu'ils partent
avatar
denis01
Membre vip
Membre vip

Messages : 2012
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 60
Localisation : Etoile sur Rhône

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines chrétiennes...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum